Share: 

08.09.17 - A l'EPFL Valais, Wendy Queen et son équipe chassent et capturent le CO2. Le labo d’à côté le transforme ensuite en énergie utile.
Grace à un matériau étonnant, des chercheurs de l’EPFL Valais peuvent capturer du CO2 pour ensuite le transformer en énergie utile. Bien que coûteux, le procédé est déjà fonctionnel et sera présenté par la prof. Wendy Queen durant le TEDx Martigny de ce vendredi.


Voir l'article complet dans Le Nouvelliste.

Des voitures qui fonctionnent au CO2. L’image est amusante, voir déroutante, mais techniquement, elle n’est pas si farfelue. Pour y parvenir, des chercheurs de l’EPFL Valais travaillent à la réalisation d’un matériau poreux capable de capturer les molécules CO2 pour ensuite les transformer en hydrocarbures. C’est à dire une forme d’énergie utilisable.

Wendy Queen est professeure à l’EPFL et spécialiste des matériaux inorganiques fonctionnels. Pour elle, rien n’est plus important que de trouver une solution pour dépolluer notre planète. « Comme les transitions énergétiques évoluent lentement, nous allons consommer des énergies fossiles pendant encore des années. En parallèle au développement des énergies renouvelables, il est donc impératif que nous commencions également à chercher de nouvelles technologies qui viseraient à capter une partie des émissions de CO2 pour les reconvertir en énergie ».

Une super éponge

Pour y parvenir, Wendy Queen travaille sur une forme de matériau incroyablement poreux. Imaginez une super éponge, avec de multiples anfractuosités, qui agrippe les molécules. « Les matériaux que l’on utilise ont énormément de surface. Plus il y en a, plus on peut stocker de CO2. Dans un gramme, il y a l’équivalent de 7000 m2 de surface. C’est gigantesque ! »

Le matériau développé est une véritable éponge à molécules.Moitié organique, moitié métallique, sa structure permet de piéger une énorme quantité de molécules de dioxide de carbone.

L’air que nous respirons contient toujours plus de CO2, mais cela ne correspond qu’à 400 molécules sur un million. Pour la chercheuse, il est donc plus pertinent d’utiliser son « éponge » directement à la source. « On espère que notre filtre sera installé dans des usines qui produisent beaucoup de CO2 ou directement sur des véhicules. C’est pourquoi, depuis plus d’une année, on est en contact avec de grosses entreprises actives dans l’électronique ou l’automobile ».

Le système est déjà fonctionnel. Wendy Queen et son équipe s’occupent maintenant d’améliorer l’efficacité du processus grâce à un budget annuel de 750'000 francs. 

Du carburant au CO2

Une fois les filtres-éponges gorgés de CO2, Wendy Queen transmet le relai au laboratoire d’à côté. « On pourrait enterrer le CO2, mais on préfère le transformer en énergie utilisable. Raffaella Buonsanti, une chercheuse en nanochimie, travaille avec son équipe au développement de matériaux complexes pour faire des transformations chimiques et ainsi transformer du CO2 en hydrocarbures utiles, c’est-à-dire en carburant » continue l’américaine originaire de Caroline du Sud.

A terme, le filtre développé par l’équipe de Wendy Queen pourra également purifier l’eau de métaux lourds. « C’est un réel problème. Dans le monde, 11% des gens n’ont pas accès à de l’eau propre. Aux Etats-Unis, 25% de la population boit de l’eau contaminées ».

A découvrir au TEDx Martigny 2017

Wendy Queen s'exprimera lors du TEDx Martigny de ce vendredi soir.Elle y expliquera la relation sensible entre son travail, le dérèglement climatique et le danger des fausses vérités véhiculées par les climatosceptiques. Lors de cette soirée, vous pourrez découvrir les orateurs suivant:

  • Pascal Couchepin : Figure politique suisse originaire de Martigny, il est élu au Conseil fédéral en 1998. Il le présidera à deux reprises, en 2003 puis en 2008.
  • Céline Van Till : Cavalière émérite, elle a 17 ans lorsqu’une lourde chute la laissera fortement handicapée. Elle décrira son combat pour reprendre en main les reines de sa vie.
  • David Dräyer : Ingénieur en informatique, artiste de cirque et illustrateur, sa curiosité et son besoin d’expérimenter l’ont amené à travailler dans des structures multiples. Il s’exprimera sur les nouvelles formes d’organisation.
  • Maya Burgener : Productrice et animatrice de l’émission « Bijoux » sur Canal9/Kanal9, elle rencontre et met en valeur la vie et le parcours de personnes passionnées.
  • Tanja Bellier Teichmann : Psychothérapeute d’approche humaniste, elle a développé un outil novateur permettant l’identification des compétences des patients souffrant de troubles psychiques.
  • Wendy Queen : Professeure à l’EPFLValais Wallis, ses recherches ont pour but de capturer des molécules afin de, notamment, piéger le CO2 atmosphérique pour en faire du fuel.
  • Nicolas Kramar : Directeur du Musée de la nature du Valais, il a développé divers projets en lien avec le thème de l’Anthropocène.
  • PaulAlain Clivaz : Membre de la Direction de SEIC-Télédis, Paul-Alain Clivaz conduit le Département des énergies renouvelables pour promouvoir tous types de projets multidisciplinaires.
  • Finaliste de l’International Create Challenge : Concours international organisé par l’Idiap qui récompense une invention innovante et commercialisable.
  • Humanoïde : des chercheurs de différentes universités ont créés une intelligence artificielle qui viendra discuter avec l’auditoire

L'évènement affiche déjà complet. Créés en 2012, les TEDx Martigny accueillent chaue année quelques 300 spectateurs, passionnés d'innovation et de créativité en Valais.

Author:Julien RobyrSource:Project EPFL Valais Wallis
Share: